Ils se trouvent aujourd'hui dispersés dans diverses collections publiques et privées. En effet, cette gemme est certainement la plus unique de ce fonds, car aucun diamant bleu aussi important et aussi pur ne semble avoir été trouvé depuis[16]. Ce trésor d'Etat intimement lié à l'histoire de France a servi aux cérémonies les plus fastueuses dela monarchie pendant quatre siècles. Cette couronne a attiré beaucoup de convoitises, en effet on recense pas loin de 10 tentatives de vole. Lors de la vente de mai 1887, la broche reliquaire de l'impératrice Eugénie, désignée « agrafe rocaille » et constituée de quatre-vingt-cinq diamants montés sur argent doré, qui avait été adjugée aux joaillers Frédéric Bapst et Alfred Bapst, est attribuée au musée du Louvre[7]. Les Diamants de la Couronne française ornent le Louvre. Archives Nationales Police F/7/4661 dos 3 3p DARLINCOURT. De 1882 à 1887, le gouvernement discute de l’aliénation ou de la vente des Joyaux de la Couronne. Les Diamants de la Couronne de France, trésor inaliénable incarnant la puissance de la monarchie, survécurent à tous les régimes de l’histoire nationale, depuis leur institution en 1530 par François Ier jusqu’au Second Empire. La Couronne de Louis XV est composée d'une calotte de satin brodé et cerclée d'une structure métallique d'où partent des arceaux ajourés surmontés d'une fleur de lys. Cet héritage historique peut être admiré aile Richelieu, prés des appartements de Napoléon III. Les joyaux ayant la plus grosse valeur marchande contenue dans le trésor de la monarchie française n'ont peut-être pas été volés en septembre 1792 ː. La collection, déposée à la Trésorerie nationale, est alors estimée à 17 millions de livres. La collection est estimée à 13 950 000 francs-or à la fin du Consulat. "@type": "BreadcrumbList", Une grande partie du trésor français a été perdu dans 1885 suite à une vente réalisable faites par Troisième République française. Il s'agit pour la plupart de parures d'Anne de Bretagne, qui les tenait de sa mère Marguerite de Foix. Elle comprend le « Régent », le « Diamant de la Maison de Guise », le diamant rose « Hortensia », le « Grand Mazarin » et trois autres pierres de Mazarin. Hermès primé en tant qu’entreprise créatrice d’emplois. Sous le Directoire, le besoin de ressources se faisant éprouver ; on prend la décision de vendre les pierres à l'étranger. 8 janvier 2018 - 2 mins. Fondé en 2013, Journal du luxe est leader sur l'actualité du luxe multi-sectoriel. { Des autres subsistent le « Mazarin 17 » et le « Mazarin 18 », l'un et l'autre sertis dans la broche-pendentif de l'impératrice Eugénie. Les visiteurs du Louvre peuvent de nouveau admirer les diamants de la couronne de France. Au Louvre, il y a des années avec. Les joyaux de la Couronne de France, ou diamants de la Couronne de France, sont un ensemble de bijoux de la Monarchie française, des Premier Empire et Second Empire, et de la République française dont l'origine remonte à François I . Les archives relatives aux joyaux de la Couronne sous le règne de Napoléon III sont conservées aux Archives nationales, au sein du fonds du ministère de la Maison de l'Empereur (sous-série O/5)[13]. Toutefois, celui-ci réclame des renforts au ministre de l'Intérieur Roland[28], car il estime que le Garde-Meuble de la Couronne est insuffisamment gardé. Après dix mois de travaux débutés en mars 2019, l’emblématique galerie d’Apollon du musée du Louvre fait peau neuve en ce début d’année 2020 grâce au mécénat du joaillier Cartier. "url": "https://journalduluxe.fr/diamants-couronne-francaise-le-louvre/", En 1887, une partie des gemmes des Joyaux de la Couronne de France est affectée à l'École des mines de Paris[6]. Les rois n’ayant plus de couronne et les reines plus de bijoux, la monarchie sera bien incapable de revenir en France. Une estimation donne une valeur de 21 267 040 francs à la collection, mais juge qu'une partie des diamants ne doit pas être vendue. Pour Louis XV, deux couronnes furent réalisées : une en or émaillé et l'autre, conservée au Louvre, en argent doré et ornée de pierreries. À partir de 1945, et jusqu'à sa mort en 1953, le Duc de Westminster procède à l'achat des bijoux dispersés de la couronne pour les offrir à Aimée de Heeren. Peu importe, la décision est prise. Geneva Watch Days, le nouveau salon horloger. Il est maintenant connu sous le nom de « Hope »[14]. Tout sera vendu aux enchères. L'estimation faite en 1830 aboutit à la somme de 20 832 874,39 francs. { Les arceaux sont formés de huit aigles alternant avec de longues feuilles de laurier sorties de palmettes. Un inventaire en est dressé en 1691. L’inscription pour la masterclass dédiée aux Joyaux de la Couronne du Louvre, initiée par l’Ecole des Arts Joailliers, se fait en ligne, Vous êtes ici: Accueil » Blog » Les Diamants de la Couronne française ornent le Louvre Elle conclut qu'ils doivent être exposés dans la galerie d'Apollon. Pour Jules Ferry, donner le produit de la vente aux invalides du travail ne serait « qu'une goutte d'eau dans l'océan ». nécessaire], d'autres pierres qui étaient en possession du marchand berlinois Treskow, et celles qu'avaient les héritiers du marquis d'Iranda, mais pas le « Sancy », vendu à Manuel Godoy. Ces derniers obtiennent le sursis en échange de dénonciations[29]. "item": Le roi reçoit alors une dotation : la liste civile. Cette Broche composée de perles et diamants, faisait partie d'un ensemble de quatre broches (deux broches d'épaule et deux broches corsage) réalisées par le joaillier François Kramer en 1853 pour l'impératrice… C'était le plus beau saphir connu au monde à l'époque, et il devint le troisième plus important joyau de la couronne[16]. Il apparaît en 1783 dans l'inventaire des diamants de la Couronne remis à la garde du duc de Liancourt, alors grand maître de la Garde-robe du roi Louis XVI. Le « Régent » est un diamant de 140,64 carats. Le retour des Bourbons va ramener en France le rubis « Côte-de-Bretagne », le « Second Mazarin » et deux autres diamants. Représenté dans le film Titanic sous le nom de « Coeur de l’Océan », il est admiré chaque année par 8 millions de visiteurs. },{ Palais du Louvre : fut utilisé de Charles V … Chaumet prépare une exposition sur Napoléon Ier. À l'occasion de leur sacre, les rois de France avaient pour coutume de se faire exécuter une couronne personnelle. De ce premier fonds ne subsiste que la « Côte-de-Bretagne », un spinelle retaillé sous Louis XV pour être serti au centre de la Toison d'or de la parure de couleur. Des trésors dans un écrin. La pièce la plus célèbre est le diamant blanc le « Régent », conservé depuis 1887 au musée du Louvre. Histoire. Trois nouvelles vitrines ont ainsi été ouvertes grâce au soutien de la maison française Cartier, « joaillier des rois », qui a également permis le renouvellement de l’éclairage. La collection des joyaux de la Couronne est constituée en 1530 par François Ier qui désigne un petit groupe de huit pierres colorées appelées à cette époque « diamants » (terme générique désignant toute belle pièce) et qui sont serties dans des bagues. Les bijoux de la première moitié de ce siècle présentés au musée du Louvre ne sont pas tous issus des Diamants de la Couronne mais sont le plus souvent des bijoux personnels ayant appartenu aux Impératrices et Reines. Jusqu’alors dispersées en deux lieux, les 23 pièces des Diamants de la Couronne de France conservées au Musée du Louvre sont désormais réunies dans la galerie d’Apollon rénovée. Voir la salle des inventaires virtuelle des Archives nationales, Farges F., Sucher S., Horovitz H. et Fourcault J.-M., «. Off-White mise sur le skincare avec Amore Pacific. Cette couronne de France est actuellement conservée au musée du Louvre, où elle occupe une place privilégiée au sein des autres couronnes de France. Quand Hollywood fait de la résistance. },{ "position": 2, Les Diamants de la Couronne Ecrin en cuir provenant des Diamants de la Couronne, Musée du Louvre La notion même de Diamants de la Couronne de France (trésor inviolable et inaliénable incarnant la monarchie) a émergé lentement au cours de l'histoire. Vingt-trois parures royales sont exposées, divisées et réparties par ordre chronologique au sein des vitrines. Elles appartiennent au gendre de Thierry de Ville-d'Avray, Baude de Pont-l'Abbé, et sont acheminées par Azèle, son homme de confiance chez Prévost d'Arlincourt, ex-fermier général (hôtel parisien de la rue Saint-Honoré, no 342) qui, comme la plupart de ses anciens collègues, avait fait passer des fonds en territoire ennemi. "@type": "ListItem", } Ce collier de boules d’émeraudes entré dans l’inventaire des joyaux de la Couronne en 1811 et issu de saisies révolutionnaires. L'extraordinaire diamant Le Grand Mazarin s'envole à Genève, « Une catastrophe nationale : la vente des Diamants de la Couronne en 1887 », Chronologie des sacres des rois de France, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Joyaux_de_la_Couronne_de_France&oldid=174524475, Pages avec des arguments non numériques dans formatnum, Article contenant un appel à traduction en allemand, Catégorie Commons avec lien local identique sur Wikidata, Portail:Loisirs et divertissements/Articles liés, licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions, comment citer les auteurs et mentionner la licence. En 2015 a pu être rachetée la broche d'épaule de l'impératrice Eugénie, réalisée en 1853 par le joailler parisien François Kramer[12]. 3 semaines avant d’épouser Eléonore d’Autriche, François 1 er les prend dans les parures de sa 1 e femme Claude de France. "name": "Les Diamants de la Couronne française ornent le Louvre" Parmi les joyaux : la couronne de Louis XV, le diamant porté par les souverains de France dit « Le Régent » de 140,64 carats, le diadème en diamants et émeraudes de la Duchesse d’Angoulême ou encore la couronne sertie de 2 490 diamants et émeraudes de l’impératrice Eugénie, épouse de Napoléon III. Sous le règne de Louis XIV, plusieurs autres pièces viennent s'ajouter. [ C'est aujourd'hui la seule pierre que conserve l'état de la liste que le roi fit établir en 1530 pour sa collection des diamants de la Couronne de France. Elle les avait reçu de sa mère Anne de Bretagne, qui les tenait également de sa mère Marguerite de Foix. Le premier inventaire des « diamants de la couronne » le 15 juin 1530 se composent de 8 pierres colorées. Objet d'un vol en 1792 lors de la Révolution, revendue en partie à la fin du XIX siècle, la collection est aujourd'hui dispersée. Cet événement dédié à l’histoire de l’art, la gemmologie et les savoir-faire est ouvert à tous les passionnés de joaillerie et d’histoire, dans la limite de vingt élèves maximum. Le fonds sera considérablement augmenté par la suite, notamment par Louis XIV (Bleu de France, Sancy)[2]. Ces quarante-cinq diamants de la chaîne étaient évalués à 1 996 000 livres. Un des joyaux de la Couronne de France entre au Louvre. « Le dimanche (5 août) et le lundi (6 août) précédant le (vendredi) 10 août 1792 qui marque la fin de la monarchie, six malles sortent furtivement du Garde-Meuble (National). L'inventaire qui en est fait en 1823 aboutit à une estimation de 20 319 229,59 francs. Le Musée du Louvre vient de faire l'acquisition d'une broche de l'Impératrice Eugénie. Après deux ans d'enquête, bien que les trois quarts des grandes gemmes royales soient récupérées (dont les diamants Sancy et Régent retrouvés précisément lors du procès de Danton qui est soupçonné d'être impliqué dans ces vols), les plus grands insignes royaux de chevalerie (les joyaux de la Toison d’Or emportés à Londres par les rouennais et Saint-Esprit) ainsi que de nombreux objets majeurs (épée de diamant de Louis XVI, la « chapelle de Richelieu », etc.) "name": "Accueil" Bien qu'il n'y ait pas eu de cérémonie de couronnement de l'empereur et de l'impératrice, une couronne a été réalisée pour Napoléon III à l'occasion de l'Exposition Universelle de 1855 à Paris [1].Cette couronne en or avait des arcs en forme d'aigle et d'autres en forme de palmettes, sertis de diamants, et surmonté par un globus cruciger. Bonjour, Effectivement les deux grands diamants de la Couronne, le Régent et le Sancy ne sont plus visibles dans les salles du musée et le Louvre ne communique pas sur une prochaine présentation. Jean-Georges-Claude Baude de Pont-l'Abbé émigre et Louis-Adrien Prévost d'Arlincourt est guillotiné le 8 mai 1794 à Paris. D'un facetage rappelant celui du « grand diamant bleu de Louis XIV », mais de facture bien plus simple[16], on ne sait pas quand exactement il fut taillé et acheté par la Couronne, sinon qu'il fut décrit pour la première fois en 1691[16]. Ce saphir fut longtemps confondu[22] avec le saphir dit Ruspoli, nom de la famille romaine qui le possédait auparavant. Le 7 décembre 1886, la Chambre vote la loi, après avoir accepté le rapport du député Daniel Mérillon, qui propose de reprendre le texte déjà voté par le Sénat. Ensemble, ils veulent valoriser les joyaux de la couronne de France disséminés de façon anonyme dans les collections du musée des Mines ParisTech. disparaissent définitivement[17]. Les bienfaits du népotisme éclairé dans le secteur du luxe. Entre 1797 et 1800, la nécessité de trouver des fonds pour approvisionner l'armée conduit à la mise en gage des diamants. The Galerie d’Apollon—an iconic room of the Louvre, home to some of its most precious historical collections—has reopened following the completion of works that began in March 2019. { Le 11 janvier 1887, une loi d’aliénation des Diamants de la Couronne fut prononcée et l’inestimable trésor mis en vente au mois de mai suivant. En 1890, le Prince Albert von Thurn und Taxis achète le diadème exécuté par le joailler officiel de la Couronne Alexandre-Gabriel Lemonnier (de) pour constituer le cadeau de mariage pour son épouse. L’enrichissement progressif et régulier de ces collections avait conduit le musée à exposer les bijoux et pierres précieuses, non seulement dans la galerie d’Apollon mais aussi dans une salle de l’aile Richelieu. Vers 1795 la collection vaut, selon les estimations, 21 millions de livres. Le ministre de l'Intérieur Roland chargé de l'enquête obtient rapidement la peine capitale pour les voleurs pris sur le fait et les fait passer pour des contre-révolutionnaires. [section_title title= »Quatre gemmes célèbres et une couronne, les Diamants de la Couronne du XVIème au XVIIIème siècle »] Première vitrine : les joyaux de la Couronne de France de 1530 à 1789 • Vient tout d’abord la pierre fondatrice de cette collection royale : Le spinelle dit la « Côte de Bretagne » une gemme de 107, 88 carats. Gucci présente ses objectifs durables à Davos. { Objet d'un vol en 1792 lors de la Révolution, revendue en partie à la fin du XIXe siècle, la collection est aujourd'hui dispersée. La première journée se déroulera à l’école pour une formation, la seconde au musée pour admirer les joyaux. Elle est la seule couronne des rois de France à avoir survécu à la folie destructrice de la révolution française. Le Musée du Louvre vient de faire l'acquisition d'une broche de l'Impératrice Eugénie. 21 janvier 2012. Le prix des joyaux est estimé à 23 922 197 livres. Allégorie de la Victoire, la jeune femme élève Louis XIII, roi de guerre victorieux, au rang de héros. "url": "https://journalduluxe.fr/diamants-couronne-francaise-le-louvre/", "item": Le « diamant bleu » de Louis XIV (Aujourd'hui le diamant, « Une grande chaîne formée de quarante-cinq diamants », Vol des joyaux de la Couronne (août et septembre 1792). Une commission est installée le 15 février 1887 pour décider des mesures à prendre pour les joyaux attribués au musée du Louvre. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La forme de la couronne de l'Impératrice est typique des représentations de couronnes impériales, conçue selon un principe déjà présent sur les armoiries impériales du Premier Empire. Une chose est sûre, depuis que les joyaux de la couronne de France y sont exposés, la fréquentation du musée des Mines ParisTech a doublé. Plus beau joyau de la couronne de France, considéré comme le plus beau et le plus pur des diamants, il devient le symbole de la royauté et de sa magnificence. Au Louvre, dans une galerie d’Apollon fraîchement rénovée, une partie de la fabuleuse collection joaillière des rois de France, démantelée au XIX e siècle, brille à nouveau de mille feux. En 1992, la Société des amis du Louvre rachète le diadème de perles de l'impératrice Eugénie – en argent doublé or, 212 perles d'Orient et 1 998 diamants[9] –, réalisé en 1853 par Alexandre-Gabriel Lemonnier, et qui appartenait jusque-là à un ami d'Aimée de Heeren : Johannes Baptista de Jesus Maria Louis Miguel Friedrich Bonifazius Lamoral, 11e prince von Thurn und Taxis (1926-1990), possesseur par héritage d'un très important patrimoine artistique. Un des joyaux de la Couronne de France entre au Louvre. : You are free: to share – to copy, distribute and transmit the work; to remix – to adapt the work; Under the following conditions: attribution – You must give appropriate credit, provide a link to the license, and indicate if changes were made. De toutes ces couronnes, déposées au Trésor de l’abbaye Saint-Denis, ne subsiste aujourd’hui plus que la couronne de Louis XV, conservée actuellement dans la galerie d’Apollon au Louvre. "position": 3, Le « Diamant bleu de la Couronne », autre pierre remarquable qui faisait à l'origine partie de ces joyaux, a été volé et retaillé pour devenir le diamant Hope, conservé depuis 1949 au National Museum of Natural History (Washington, États-Unis). • L’Impératrice Joséphine a porté les Diamants de la Couronne le temps de son mariage avec Napoléon Ier. La Sainte-Chapelle y a été édifiée à l'époque où saint Louis y résidait (partie résidentielle détruite). Le plus gros est le « Sancy ». Le départ des arceaux est marqué par des fleurs de lys formées par cinq diamants. Officiellement, les joyaux de la Couronne sont volés lors du sac de l’hôtel du Garde-Meuble entre les 11 et 16 septembre 1792 malgré la présence de gardes nationaux : leur guérite est à l'opposé de la cour donnant sur la Salle des bijoux, et ils ne font plus de ronde depuis la pose des scellés, après la prise des Tuileries, par le peintre et commissaire de la section des Tuileries, Jean-Bernard Restout (1732-1797). De toutes ces couronnes, déposées au Trésor de l’abbaye Saint-Denis, ne subsiste aujourd’hui plus que la couronne de Louis XV, conservée actuellement dans la galerie d’Apollon au Louvre. Son unique moulage fut retrouvé en 2008 au muséum national d'histoire naturelle, prouvant de fait sa filiation avec le diamant « Hope »[17]. Présentés à l’Exposition universelle de 1878, ils furent montrés une dernière fois en 1884 au Louvre. Le comité stratégique de la filière « Mode et Luxe » dévoile son rapport. La publication et la diffusion de l’inventaire en 1791 par une Première République un peu naïve a certainement fini de convaincre les voleurs d’agir en des temps troublés par la destitution du Roi, les massacres de Septembre et l’invasion par l’est des Austro-Prussiens commandés par le duc Charles-Guillaume-Ferdinand de Brunswick et décidés à rétablir la monarchie en France. De récentes analyses spectroscopiques ont montré que la gemme est originaire de Ceylan[23]. Le Musée du Louvre vient de faire l'acquisition d'une broche de l'Impératrice Eugénie. À cette époque, les trois principales pierres utilisées par Louis XIV étaient le « Sancy », le « Diamant bleu » et le « Grand Saphir ». Source : site du musée de l'École des Mines. "item": } ] À la découverte des diamants de la Couronne de France au Louvre La nouvelle présentation de la collection des diamants de la Couronne dans la galerie d’Apollon a … Les bijoux de la première moitié de ce siècle présentés au musée du Louvre ne sont pas tous issus des Diamants de la Couronne mais sont le plus souvent des bijoux personnels ayant appartenu aux Impératrices et Reines. Ce saphir unique est actuellement exposé [1] au muséum national d'Histoire naturelle (jardin des Plantes à Paris)[20] au sein de l'exposition « Trésors de la Terre ». Procession of Louis XV of France after his coronation in Notre-Dame de Reims, traditional location of the coronations of Kings of France. Le Louvre agrandit sa collection. À l'occasion de leur sacre, les rois de France avaient pour coutume de se faire exécuter une couronne personnelle. Un des derniers joyaux restés intacts de la Couronne de France, un noeud de corsage composé de 2.634 diamants qui appartenait à l'impératrice Eugénie, va rejoindre les collections nationales du musée, selon une annonce de ce dernier, mardi 22 avril. Article de Daniel Alcouffe sur le site La Tribune de l'Art : La dernière modification de cette page a été faite le 7 septembre 2020 à 21:31. La collection est de nouveau augmentée sous Napoléon, de telle sorte qu'elle comprend en 1814 65 072 pierres et perles, la plupart montées en bijoux, soit 57 771 diamants, 5 630 perles et 1 671 pierres de couleur (424 rubis, 66 saphirs, 272 émeraudes, 235 améthystes, 547 turquoises, 24 camées, 14 opales, 89 topazes). la Joyaux de la Couronne française Ils se composent des couronnes, des orbes, des diadèmes et des bijoux qui étaient le symbole de la monarchie France. La vente des joyaux de la Couronne rapporte 6 864 050 francs, placés à la Caisse des dépôts et consignations. { Joyaux de la Couronne de France exposées au Louvre. Au sommet des arceaux, un globe est surmonté d'une croix. Par les décrets des 26, 27 mai et 22 juin 1791, l'Assemblée nationale constituante décide de faire dresser l'inventaire des diamants et pierreries de la Couronne. En 1691, il est estimé à 400 000 livres tournois[18]. Ce diamant bleu de 69 carats fut volé en 1792 puis illégalement retaillé avant 1812. La collection initiale, excepté le « Côte-de-Bretagne », a ainsi disparu. Prada intègre une coalition pour favoriser l’emploi des personnes en situation de handicap. Sous la Convention, la collection s'enrichit des pierres issues de la confiscation des biens d'émigrés et des joyaux du roi de Sardaigne. L'inventaire de 1691 fait état de 5 885 diamants, 1 588 pierres de couleur, dont le « Grand Saphir », le plus beau saphir connu du monde, et 488 perles. La couronne de Louis XV. } "name": "Blog" Ce "rubis balais" de 212 carats porté jusque là en bague à pendre ou en "cottoire" ne prendra sa forme actuelle que sous Louis XV[15] : la pierre est alors taillée par Jacques Guay en forme de dragon et montée sur une décoration de l'ordre de la Toison d'Or, en diamants et pierres de couleur[18]. • L’Impératrice Joséphine a porté les Diamants de la Couronne le temps de son mariage avec Napoléon Ier. Retour sur l’histoire mouvementée de ce trésor insigne. PARIS — Les diamants de la couronne trônent en majesté au Musée du Louvre dans trois nouvelles vitrines de la galerie d’Apollon, réaménagée après dix mois de travaux: ils disent la splendeur et l’importance symbolique des joyaux pour l’identité monarchique, de l’Ancien Régime au Second Empire. D'origine indienne, c'est le premier diamant taillé avec facettes symétriques. Après dix mois de travaux débutés en mars 2019, l’emblématique galerie d’Apollon du musée du Louvre fait peau neuve en ce début d’année 2020 grâce au mécénat du joaillier Cartier. Le roi François Ier le recueillit de sa femme comme duc usufruitier. Elle tient dans une main une palme et de l’autre une couronne de laurier qu’elle dépose sur la tête du roi. Cette Broche composée de perles et diamants, faisait partie d'un ensemble de quatre broches (deux broches d'épaule et deux broches corsage) réalisées par le joaillier François Kramer en 1853 pour l'impératrice… 44 relations. Le Consulat ayant réussi à assainir les finances de l'État, Bonaparte fait revenir en France les joyaux qui avaient été engagés : le « Régent », auprès du banquier Ignace-Joseph Vanlerberghe[réf. Il demanda à quelques joailliers de créer de nouvelles parures […] Musée de Minéralogie, Mines ParisTech, 60, boulevard Saint-Michel, 75006 Paris, tél. Les discussions vont durer sur l'affectation des fonds dégagés par cette vente : caisse de dotation des Musées nationaux ou caisse des invalides du travail. C'est aussi la plus fameuse pierre subsistante du trésor des ducs de Bretagne. Colbert rachète la gemme à ce dernier pour le compte de la Couronne[16]. Le premier inventaire de ce trésor est dressé à Bordeaux, le 15 juin 1530, trois semaines avant le mariage de François Ier avec Éléonore d'Autriche, et des lettres patentes précisent la constitution de la collection, stipulant notamment une clause d'inaliénabilité : les joyaux portés par les reines doivent être remis au Trésor royal à la mort de leur mari[1]. Pour Louis XV, deux couronnes furent réalisées : une en or émaillé et l'autre, conservée au Louvre, en argent doré et ornée de pierreries. Un des derniers joyaux restés intacts de la Couronne de France, un noeud de corsage composé de 2.634 diamants qui appartenait à l'impératrice Eugénie, va rejoindre les collections nationales du musée, selon une annonce de ce dernier, mardi 22 avril. Leur valeur totale en 1691, 11 430 481 livres, fait d'eux les plus beaux joyaux d'Europe. Le « Grand Saphir » est un saphir bleu transparent, parallélépipédique, que Louis XIV acquit vers 1669[20]. Le 20 juin 1882, Benjamin Raspail fait voter par la Chambre son projet de loi d'aliénation des diamants de la Couronne pour financer une caisse des invalides du travail contre le projet de Jules Ferry qui souhaite que cette vente alimente une caisse de dotation des Musées nationaux. En effet, les difficultés financières dues aux guerres de Religion ont contraint Henri III de les mettre en gage. La c… En 1988, le musée du Louvre acquiert la couronne de l'impératrice Eugénie – 2 490 diamants et 56 émeraudes, montés sur or –, réalisée en 1855 par le joailler Alexandre-Gabriel Lemonnier[8]. Rien ne prouve qu'il le portait en épingle à cravate[20] comme postulé. Pages du catalogue de la Ventes des Joyaux de la Couronne de 1887 Quelques diamants de la Couronne au musée du Louvre. Les Diamants de la Couronne Ecrin en cuir provenant des Diamants de la Couronne, Musée du Louvre La notion même de Diamants de la Couronne de France (trésor inviolable et inaliénable incarnant la monarchie) a émergé lentement au cours de l'histoire. Les malfrats, avec à leur tête un repris de justice redoutable, Paul Miette, sont essentiellement de petits voleurs relâchés des prisons lors des massacres de Septembre, associés à des rouennais, bande de voleurs professionnels[30].